Communiqué über

Dans la nuit du 25 au 26 mai, un livreur de Glovo (Barcelone, Espagne ) est mort, renversé par un camion. Glovo déplore un « accident de la route » et non pas un accident de travail !

Cette nuit barcelonaise fait écho à une réalité beaucoup plus proche de nous.

Le 17 janvier 2019, Franck Page, 19 ans, mourrait écrasé par un camion dans une zone industrielle de Pessac en Gironde au cours d’une livraison de repas pour Uber Eats. Ce décès illustre cruellement les dérives de cette industrie de la restauration qui laisse prospérer l’«ubérisation » du secteur de la cuisine sans la moindre réaction, ni critique de ce nouveau modèle économique.

Cet étudiant a été amené dans cette zone industrielle par les conditions d’exercice de son job étudiant ou les livreurs à vélo sont contraints d’accepter ces courses dangereuses pour obtenir une rémunération suffisante pour les efforts consentis et le temps qu’ils y passent. Les primes à l’activité sont devenues essentielles pour rentabiliser leur statut d’auto-entrepreneur.  La quête de ces primes amène parfois les livreurs à s’affranchir des règles de sécurité pour arriver à enchaîner ces courses, de plus en plus loin des centres villes.

Le statut d’auto entrepreneur de Franck Page, dédouane Uber Eats de ses responsabilités sociales.

Il s’agit là de livrer des repas et uniquement des repas, il ne s’agit pas d’une poche de sang à livrer aux urgences de l’hôpital.

Comment a réagi le cuisinier qui a préparé le repas ? Comment à réagit le client qui a commandé ce repas ? Connaissent-ils seulement les liens invisibles qui les unissent à ces livreurs anonymes qui deviennent invisibles dans les zones industrielles et commerciales ?

Quelques jours plus tard, lors d’un séminaire de travail de l’Alliance des Cuisiniers Slow Food, l’association a décidé de revendiquer l’identité artisanale du métier en opposition à l’industrialisation dans tous les secteurs de la cuisine. Un artisanat fondé sur la formation et la transmission sans formatage ni soumission. Revendiquer cet artisanat nous oblige à la responsabilité de ce qu’engendre notre métier que ce soit dans le plaisir ou dans la difficulté

Un artisanat qui tient compte de la réalité de son environnement et pas du fantasme d’une avant-garde de « Chefs » qui pensent que notre métier est un ascenseur social extraordinaire. Pour quelques élus, combien de blessés, de meurtris dans les cuisines françaises dites « innovantes » ? Que se passe t-il dans  les têtes de ceux qui pensent la cuisine comme un marché et une industrie en reléguant toute la culture qui appartient à tous les métiers de l’artisanat.

En mai 2019 s’achèvait l’émission de spectacle culinaire « Top Chef » dans laquelle des « chefs de cuisine » distillent leur vision d’un métier très éloigné de la pratique quotidienne de la grande majorité des « cuisiniers ». Un des sponsors de cette émission n’est autre qu’Uber Eats.

Personne dans la profession ne s’est ému du décès de Franck Page et n’a fait le rapprochement entre de la télé-réalité sponsorisée par l’industrie  et les répercussions sur la société et ses hommes.

La cuisine n’est pas soluble dans l’industrialisation, l’accident mortel de Franck Page et du jeune livreur de Barcelone doit nous le rappeler douloureusement.

En Relation

Commentaires

Notre page facebook

Offres d’emploi

Vous recherchez un emploi dans la cuisine, consultez sur cette page toute les offres des cuisiniers de l’alliance et impliquez vous aussi dans la philosophie slow food

Offres d’emploi